Recruitment, job in wine industry
 
connexion recruitment et candidat wine job
Mail :

Password :
  The widest choice of temporary and permanent careers  Forgotten your password          Register
  Learning Centre
 Nos partenaires formations Initial Training
 Devenir Partenaire formation de la filière vin et vitivinicole Training partner offer
  Wine Job
 Testimony success recruitment Testimonials
 recruitment partner Recruitment Agency
  Wine news
 news Economy Economy
 Wine people Wine people
 Wine company news Company
 job news Job news
 wine Technic news Technical news
  Newsletter
 s'insrire elettre emploi newsletter Register to Vitisphere E-letter


 
 
News



Vrac : les prix des vins de Bergerac restent au-dessus des bordeaux génériques
14/12/2010

Est-ce Bordeaux qui est bas ou Bergerac qui monte ? Toujours est-il que, côté dialogue interprofessionnel et niveau des cours, Bergerac semble mieux loti que son voisin. La campagne de promotion lancée en 2000, « Nous, les bergeracs ! », semble avoir contribué à améliorer l'image du vignoble, en cohérence avec une amélioration de la qualité des produits. « C'est peut-être de l'orgueil, mais nous constatons que nos vignerons s'appliquent et, au bout, il y a un client », résume François Gérardin, le président du Conseil interprofessionnel des vins de la région de Bergerac (CIVRB).

Dans la grande distribution, Bergerac est à la 7ème place au classement des appellations les plus vendues. Et signe une réelle montée en gamme, de "bonne affaire" à 1,5 € pour passer en "bonne surprise" à 2,5-3€. « Manifestement, depuis quelques années, Bergerac a conquis des parts de marché qui lui sont propres », analyse Pierre-Henri Cugnaud, le directeur de la Fédération des vins du Bergeracois. Et pour chacun de ses vins (côtes-de-bergerac blanc sec , rosé, rouge et moelleux, monbazillac, pécharmant, rosette...). Cette année, le négoce a commencé à s'intéresser aux moelleux dès le mois d'août : « Signe que le produit à un intérêt pour le négoce », explique François Gérardin.

Depuis deux campagnes commerciales, le prix de base du tonneau de bergerac rouge se négocie en moyenne à 770 € contre 700 € pour le bordeaux générique. Certes, le cours du vrac bordelais affiche une fourchette de prix plus large (jusqu'à 1 100 euros contre 900 en Dordogne). Toujours est-il que, par rapport aux difficultés que rencontre actuellement le dialogue interprofessionnel à Bordeaux, vignerons et courtiers de Bergerac ont arrêté et défendent ensemble la limite de 750 € du tonneau et l'objectif de se rapprocher des 800 euros.
Dans Sud-Ouest, Adrien Vergnolle pose la question : "Bergerac aurait donc (enfin ?) les moyens de ne pas se laisser entraîner par la crise bordelaise ?" Avec le soutien des courtiers et des négociants, qu'il faut stimuler : « Certains courtiers disent "Bordeaux va déstocker, le marché va s'écrouler". Nous disons que c'est entièrement faux, et qu'il faut nous faire confiance. » explique Paul-André Barriat, le président de la Fédération des vins bergeracois, « Pour les négociants, ce n'est pas une mauvaise affaire d'acheter du bergerac », explique Paul-André Barriat. « Certains ont peur qu'il leur en reste sur les bras : on prend le pari que non. »
Des paris qu'on lance et des dés qu'on jette, conclue Pierre-Henri Cugnaud : « Si un jour quelqu'un écrit l'histoire du vignoble, il dira que nous vivons un moment clé… »

[Source : Sud-Ouest ]



  


 


Contact | Site map | Legal information | |

Vitijob is published by Vitisphere S.A., Headquartered 1500 avenue de la pompignane - 34000 Montpellier
N° CNIL 738619. Copyright © 2002-2014 Vitijob.com All right limited